Kit de démarrage pour belle-mère débutante en 10 points

Vous êtes tombé amoureuse d’un homme avec enfants? Vous avez décidé de vivre ensemble, et vous allez donc devenir… belle-mère. Condoléances.

Il paraît que parent, c’est le seul métier qu’on ne peut pas apprendre. Enfin, si, on apprend sur le tas. Et quand arrive le 2ème enfant, on tente de ne pas reproduire les conneries qu’on a pu faire avec l’aîné, qui, lui, a le douloureux devoir d’essuyer les plâtres et de servir de cobaye aux parents.

Quand on devient beau-parent, c’est encore pire. Autant que pour les parents en devenir, on peut apprendre à soigner, à changer, à biberonner sous le regard bienveillant d’une puéricultrice prête à rattraper le lardon si on est trop maladroite, autant pour le beau-parent, aucune formation. Non non, c’est le plongeon en eaux troubles direct, sans avoir le temps ni de se mouiller la nuque, ni de mettre sa combi de protection, avec également, des paires d’yeux braquées sur nous, mais cette fois pour guetter avidement le moment où l’on va se vautrer lamentablement.

Moi, c’est la deuxième fois que je suis belle-mère. Le père de ma fille avait déjà deux « grands ». Et donc, quand j’ai repris du service de marâtre, j’avais déjà un petit recul, et une petite idée des erreurs à ne pas commettre. Cela dit, être belle-mère d’enfants ou d’ados, ce sont deux jobs complètement différents. Moins malléables qu’un enfant, déjà moins régis par des élans spontanés qui font qu’on peut encore établir un semblant de lien affectif, les enjeux avec des ados sont inévitablement conflictuels et compliqués.

Cela dit, il y a tout de même des constantes dans le rôle de la marâtre, et j’ai voulu les lister, afin de donner une petite idée de ce qui vous attend, et de vous éviter les erreurs de débutante…

1) Avant toute chose, ne rêvez pas, n’attendez rien. Oubliez vos illusions de grandes tablées où tout le monde se sourit avec des étoiles dans les yeux. N’attendez pas qu’ils vous aiment. Si cela arrive, vous avez beaucoup de chance, et vous pouvez considérer que c’est un plus. Tout en sachant que votre bonheur est un funambule qui se balade sur un fil TRES fragile. Soyez pleine de gratitude pour les bons moments qui vous arriverons, et pour le reste, fabriquez-vous des épaules solides pour porter votre croix 🙂

2) Ne surinvestissez pas émotionnellement vos beaux-enfants. Si un jour vous veniez à vous séparer de ce conjoint-déjà-papa, il y a de grandes chances pour que vos beaux-enfants disparaissent dans la nature, et que du jour au lendemain, vous n’ayiez plus de nouvelles… (Ni d’eux, ni de l’ex belle-famille, pendant qu’on y est…). Actuellement, on parle beaucoup du droit des beaux-parents, et notamment de leur droit de justement continuer à voir les beaux-enfants après une séparation. Si cela aboutit, que de drames affectifs pourront être évités… Soyez aimable, souriante et accueillante en toute circonstance, tout en gardant une certaine réserve. Ils auront plus envie de venir vers vous que s’ils se sentent écrasés par votre demande affective. Ayez vos enfants à vous, et encore mieux, faites un « bébé de la recomposition » qui légitimera votre place.

3) Tant que possible, tenez-vous loin de l’éducation des beaux-enfants. N’ayez pas d’avis (contraire) de celui du papa. Essayez de faire abstraction de vos propres principes, sinon vous allez finir accro au lexomil… Par exemple, si pour vous, tout le monde doit rester à table jusqu’à la fin du repas, mais que chez leur père, ça fait des années que chacun part de table quand il veut, eh bien ne croyez pas que vous serez le saint apôtre qui apportera le changement. Compliqué quand arrive l’enfant commun, c’est sûr, mais c’est sans issue. Autant le savoir. Cela dit, faites-vous respecter dès le départ, trouvez votre place. Vous n’êtes pas leur copine, ni leur mère, vous êtes l’amoureuse de leur papa. Et…leur belle-mère, donc. Vous n’avez pas besoin de leur cirer les pompes ni de vous faire marcher sur les pieds pour vous faire aimer. Revoyez à la baisse vos exigences, négociez avec eux et le papa des règles communes et faites-vous à l’idée que vous grincerez souvent des dents.

4) Ne dites jamais UN mot sur l’ex, la mère des enfants, la reine-mère. Pour nous, c’est une pisse-vinaigre mal-baisée et aliénante, mais pour eux, elle fait figure de sainte, et de victime aussi. Conflit de loyauté, tout ça. Ne jamais, JAMAIS critiquer celle qui vous a précédé. Même si, on est d’accord, elle est chiante, folle, pénible, moche etc etc…. J-A-M-A-I-S un mot sur elle. Même si vous avez de grosses raisons d’être en colère contre elle. Ce serait signer votre arrêt de mort. Si vraiment vous n’en pouvez plus, allez au fond du jardin, et gueulez votre rage dans le trou de taupe le plus lointain. Fabriquez-vous une poupée vaudou à son effigie, avec une photo d’elle où elle n’est pas du tout à son avantage, et lâchez-vous sur elle dès que vous sentez monter l’envie de meurtre.

5) Faites-vous à l’idée de devoir verrouiller des placards, voire des pièces entières, pour protéger votre intimité, et vos biens. De mettre un code d’accès sur votre smartphone, votre ordinateur. Les enfants, ça fouille, ça fouine, ça pique. Jusqu’aux culottes. De la curiosité au syndrôme de pick-pocket, c’est inévitable, les gamins, ça a un besoin irréppréssible de fourrer son nez partout. Amusez-vous à planquer des petits post-it dans votre placard, au milieu de vos dentelles avec la mention « Je te vois! » ou « Fouilleuse ». Ok, c’est pathétique et tordu, mais ça soulage, et ça peut être efficace.

 

6) Soyez prévenue qu’au moindre faux-pas de votre part, vous êtes morte. Cela vaut surtout si vous avez hérité d’un ou plusieurs ados. Car dites-vous bien que les beaux-enfants, tapis dans l’ombre, n’attendent que ça, que vous trébuchiez, pour pouvoir vous coller dans la case « marâtre ». Avancez dans votre vie de belle-mère avec l’assurance et l’aplomb de celui qui n’a rien à perdre. Face à des sujets très coriaces, surjouez à fond la carte « marâtre » puisque de toute façon, même si vous vous mettez en quatre pour eux, vous êtes la méchante.

 

7) Ne faites QUE ce que vous supportez de faire sans retour ni remerciement. Cela vaut pour le ménage, pour les repas, pour les cadeaux, pour tout. Un enfant est par essence ingrat, un bel-enfant l’est encore plus. De plus, si vous êtes trop gentille, trop généreuse, il est possible que le beau-fils ou la belle-fille se sente très mal, car derrière, il y a la reine-mère qui est tapie, et qui guette qu’on ne lui vole pas sa place de première dame dans le coeur des enfants. Du coup, ils ont envie de vous aimer ou juste de vous trouver sympa, mais ne se l’autorisent pas. Malaise garanti. Faites le minimum syndical. Vous verrez, vous vous sentirez beaucoup mieux!

8) Quand vous vous disputerez avec votre conjoint à cause d’un de ses enfants (et cela arrivera) surtout surtout arrangez-vous pour que cela n’arrive pas en leur présence. Ce serait un triomphe incroyable pour eux, et pour la reine-mère aussi. Rappelez-vous, elle est au courant de tout. Feignez l’amour fou, toujours, même si la veille vous vous êtes insultés et que vous avez pris mentalement RV chez l’avocat pour divorcer.

9) Soyez au courant que votre vie sera désormais un mauvais remake des anges de la téléréalité doublé de Unes de Voici. Elle a dit que…. Elle m’a regardé comme ça…. Il a fait ci…et ça… Vos moindres faits et gestes seront épiés et commentés par ces petits paparazzis en herbe et rapportés au papa et à la reine mère. Eh oui, l’ex de votre amoureux saura tout de votre constipation chronique, elle saura quand vous avez vos règles. Les on-dits seront répétés, déformés, et vous passerez votre temps à justifier, rectifier. Prenez-le avec légèreté, il y a de grandes chances pour qu’à l’inverse, vous entendiez chez vous des détails sur la reine-mère que vous n’avez PAS DU TOUT envie de savoir et surtout, communiquez toujours avec l’homme, vérifiez les versions, bref, coupez leur l’herbe sous les pattes. (Bon courage).

10) Même si votre conjoint et son ex sont séparés depuis 10 ans, les enfants, eux, continuent de rêver secrètement à une réconciliation. De plus, il se peut que la reine-mère, vu qu’elle est moche, grosse et hystérique (ben quoi…..? ^^) n’ait pas refait sa vie. Dans ce cas, elle risque de vous faire subir tout un tas de pétasseries, via les mômes, et de vous pourrir la vie sous prétexte que même l’homme ne lui appartient plus, y’a pas de raisons qu’il soit heureux avec vous, nan mais merde. Soyez über-aimable avec elle, hypocritement généreuse et sympa. Elle ne pourra rien dire contre vous, et cela la rendra encore plus furieuse. Gnark gnark gnark.

Même si être belle-mère, ce n’est pas le rôle le plus agréable, ni le plus gratifiant, il apporte tout de même son lot de petits et grands bonheurs. La relation tissée avec les enfants de l’autre peut-être très belle, si de votre côté vous êtes au clair avec vous même et avec eux. Gardez toujours en tête que ce sont des enfants. Des enfants qui ont vécu un drame, la séparation de leurs parents. Peut-être que vous aussi, enfant, avez vécu cela, et vous serez alors capable de plus d’empathie. Il est très rare que des enfants soient hostiles d’emblée. S’ils le sont, c’est qu’il y a forcément derrière une histoire pas réglée, un parent manipulateur, un contexte toxique. Dans ce cas, si VOUS restez droite, fidèle à votre ligne de conduite, vous pourrez même apporter à ces enfants un semblant de havre de paix, de l’apaisement. Car même s’ils vous en font voir de toutes les couleurs et que « merci » est un mot qu’ils semblent ignorer, ne croyez pas qu’ils ne ressentent pas vos sentiments envers eux, et ce que vous pouvez faire pour eux.

Bon courage dans votre nouvelle mission, si vous l’acceptez 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :