C******

On est vendredi soir, et normalement, dans une heure et demie plus retard de 30-45minutes, le père de ma fille est sensé venir la chercher pour « son » week-end.

Sauf que je n’ai pas de nouvelles. Il est 16h41 et je ne sais pas comment va se passer ce week-end.

C******.

A moi de trouver l’explication quand elle me demandera, avec des étoiles dans ses petits yeux « Maman, c’est le week-end chez mon papa? »

A moi de bouffer mon poing de rage, comme d’hab’.

Pendant 3 ans, il m’a réclamé cette petite fille, à moi qui ne voulait pas d’enfant. Elle est arrivée alors que je savais déjà que son père et moi, c’était inextricable.

Et je remercie tous les jours le ciel de m’avoir donné cette petite fille si jolie, si vive, si pétillante.

Mais tous les soirs, quand je monte pour la regarder dormir, je lui demande pardon, pardon de lui avoir donné ce père.

C******.

Je n’ai pas le droit de le dire fort, car je ne dois pas abîmer l’image qu’elle a de lui, son géniteur. Pour moi, c’est un personnage horrible, ma pire expérience… Pervers manipulateur, et piètre « père » qui dispense sa semence à tous les coins, et qui ensuite assume que dalle. Pour elle, comme pour toutes les petites filles, c’est son papa, ce héros.

Il m’a réclamé cette petite fille, pour être sûr de me clouer à la maison, pensant que je ne lui échapperai pas. Sauf que ma décision était prise. A partir de là, il nous à fait vivre l’enfer. Personne ne saura à quel point. Et ceux qui savent, de toute façon, font semblant de rien, et se délectent quand ils voient sur facebook que l’énergumène est de nouveau « papa ». Pour la 4ème fois, avec 3 femmes différentes.

A partir du moment où j’ai été enceinte, j’ai vécu comme une déjà mère célibataire.

Jamais, jamais, jamais je n’oublierai ces soirs où, pressé de retrouver sa copine, il me laissait ma petite fille, qui hurlait sur le paillasson de la porte de voir partir son papa. Il partait sans se retourner, sans un regard, sans pitié pour cette petite fille en pleurs. Guidé par son seul radar sous la ceinture. Jamais je ne pardonnerai le mal qu’il a fait à cette petite fille innocente, qui n’a rien demandé.

C******…

Mais répondre de la façon la plus enjouée possible, trouver une parade, une pirouette… Je ne sais pas, ma chérie. Je ne sais pas si ton papa viendra te chercher ce soir, où s’il a mieux à faire. Papa travaille beaucoup, tu sais…

Pendant un an et demie, il a eu une excuse imparable. Le cancer de sa pauvre mère. Fils génial et dévoué corps et âme pour soigner sa maman en soins palliatifs, évidemment, ça ne laisse plus une seconde pour s’occuper d’une petite fille de 18 mois…

Ah si, parfois il venait, pour une heure, maximum, vite fait… Sans prévenir (chuis encore chez moi, hein!) et ces intrusions étaient à chaque fois pour moi comme un viol.

Et puis, quand il a su que j’avais déménagé, que j’étais heureuse, de nouveau en couple, comme par hasard, il a voulu marquer son territoire. Voulu également, certainement, prouver à sa nouvelle chérie engrossée par ses soins qu’il est un père formidable, qui « gère ». Alors, il est venu chercher sa fille. Un week-end tous les 15 jours. Une fois, deux fois. Ca c’est même passé plutôt bien, apparemment, même si je ne suis pas dupe, et que le sac de linge propre qu’il me ramène tout content, je sais très bien que ça ne vient pas de lui. Et que ce n’est pas la peine d’espérer des nouvelles de la nuit de ma fille avant 13h, pour la simple raison qu’il roupille, et que c’est sans aucun doute sa copine qui gère le petit-déjeuner et le reste, tout comme je l’ai fait avec ses grands enfants pendant 3 ans.

J’ai accepté qu’il voie notre fille, pour lui faire plaisir, et sous condition que ce soit régulier. Sans trop me faire d’illusions.

Quand je récupère ma petite le dimanche soir, j’occulte le fait qu’il me la rend toujours assez sale, les cheveux en bataille, qu’il ne la met jamais à la sieste, et qu’il lui passe tout.

Assez rapidement, il a commencé à annuler. Au dernier moment, c’est plus marrant. Desfois que j’aurais organisé quelque chose en amoureux, hein… Bref.

J’en suis arrivé à un point où je n’annonce même pas à ma fille que « ce week-end » elle va chez papa, puisqu’on ne sait jamais comment ça va se passer.

Et je ne parle même pas d’un quelconque soutien financier. Zéro. Alors que monsieur, depuis la mort de sa mère, s’est installé dans leur maison, conduit leur voiture, et vit assez confortablement.

C******.

Edit 19h…

Ce qui s’est passé dépasse de loin ce que j’avais imaginé.

J’ai reçu un texto à 17h : « OK pour que je prenne ***** ce week-end ou tu as prévu autre chose? »

J’ai tout de suite compris qu’il y avait anguille sous roche. Sans parler de cette façon de dire « que je la prenne »… Comme si c’était un objet… Bref… Je crois que je vais transcrire l’échange, je pense que ce sera plus édifiant…

17h02 : Bjr, ok pour que je prenne ***** ce weekend ou tu as prévu autre chose?

17h22 : Tu t’y prends un peu tard… Tu comptes venir à quelle heure?

17h29 : Je m’y prends pas tard, je t’avais dit que je la prenait dans 15 jours la dernière fois… Tu me demandes confirmation d’habitude et là pas? Maintenant c’est comme tu veux. Si c’est trop juste pour toi, on reporte, j’ai plein de trucs ou je dois activer ce weekend… Sinon je peux être là dans une heure.

17h40 : Oui je t’ai demandé de me confirmer le mercredi ou jeudi. Histoire de s’organiser… Et comme tu as annulé plusieurs fois en dernière minute… Maintenant si tu as plein de choses à faire et que ça te gêne que ***** vienne, je pense qu’il est plus simple que tu le dises tout simplement. Je n’ai pas demandé cette fois car ça me saoule de devoir relancer à chaque fois pour savoir quoi!

17h55 : Non ça me gêne pas, j’ai envie de voir ma fille, mais c’est vrai que j’ai plein de trucs à faire en retard…

18h00 : OK, je lui dis quoi du coup? De mon côté ce n’est pas trop juste car moi, je considère que ***** fait partie de ma vie, et si j’ai des choses à faire, je les fais avec elle c’est tout!

18h41 : Bon de mon côté je serai plus serein de reporter dans 15 jours après réflexion et d’être complètement dispo que de devoir jongler entre ma fille et les choses que j’ai à faire. De plus je dois aussi passer voir mon père. Donc on reporte, par contre dans 15 jours c’est sûr et certain… Voilà, merci et bon weekend et gros bisous à ***** de ma part.

On notera la tentative de manipulation, plutôt que de dire clairement, ça me gonfle ce weekend.

On notera qu’entre-deux, j’avais commencé à rassembler les affaires de ma fille, qui a compris qu’elle allait chez son père, avant de devoir dire « ah ben non, finalement pas »…

Elle a pleuré un petit peu, pas trop finalement, mais toute la soirée, elle a répété en boucle « je suis très inquiète pour mon papa »… La nuit, elle a eu une grosse insomnie, et elle a fait de mauvais rêves.

Aucune considération pour cette petite princesse et ses états d’âme…

Je le hais pour tout ça…

Alors même si j’ai pas le droit de le crier devant elle, je le hurlerai dans mon oreiller…

C******!!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :