Assise sur une bombe…

Nous voilà donc dans cette nouvelle maison.

La constellation de présents est variable, avec nous comme constante, présence de ma fille quasi tout le temps, sauf lorsque son père n’a rien prévu d’autre et qu’il consent à la prendre pour le weekend.

Et puis les enfants de Monsieur, donc. Une semaine sur deux, donc théoriquement. Sauf que dans la pratique c’est plus compliqué que ça. Bellefille1 passe la moitié de son temps chez son mec qui habite loin. Et puis la première semaine après le déménagement, elle a tenu à dormir chez sa mère, alors que c’était la semaine chez papa. « Pour ne pas déranger », selon elle, et certainement pour soutenir sa mère qui visiblement a du mal à se faire à cet emménagement.

Bellefille2, nous l’avons vu, ne veut plus venir, car Monsieur lui a reproché d’avoir étalé du fond de teint partout dans la salle de bain. Après un flot d’insultes, elle est partie, comme a son habitude, et est réapparue plus tard chez sa mère. Contestataire, mais pas heroïque, hein, il fait froid la nuit!

Voilà, donc reste Beaufils. Beaufils, gentil, poli et très……absent. Quand il rentre, il dit bonjour, puis disparait dans sa chambre. Pour réapparaître lorsque la faim le tiraille. Et puis quand on mange ensemble, il descend quand le reste de la famille a quasi terminé, mais remonte aussi rapidement. Quand il a fini son assiette. Même si NOUS, n’avons pas fini. Ouioui. Le reste du temps, il est donc invisible. C’est à peine si l’on entend de temps à autre un éclat de rire venant de sa chambre, lors d’une session Skype, ou alors des bruits de mitraillette de jeu vidéo.

Bellefille1, lorsqu’elle est là, vit au rythme des textos qu’elle échange avec son chéri, et lorsque le laps de temps entre deux sms devient trop long, on la voit errer dans la maison, l’air hagard et le regard de cocker. Lorsqu’elle est de bonne humeur, ce sont sourires à gogo, et tout va bien.

Au fil des semaines, une espère de routine s’établit, malgré ce flou artistique. Le calme règne à la maison.

Sauf que… j’ai cette impression permanente de vivre sur une bombe prête à exploser.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :